Bulletin banner image

President's Message

I begin my CAO presidency on an emotional note. I am not supposed to be president as yet. Sheila has worked diligently and tirelessly on the CAO line with the anticipation to be president at this point in time. For personal reasons, she made the prudent decision to step away from the duties as president to put her energy into where it needs to be. She and I have traded positions on the line and she will be president starting in a year’s time.

I am emotional about the state of our profession. I believe that success is based upon one’s skills, honesty and integrity. In addition, one must work hard, while keeping abreast of education and technology. The question is how does one compete while remaining collegial? Some practices compete by producing a solid, timely result while remaining engaged with patients and their families. Some practices provide an enriched experience through office activities and on-line presence. Others compete by offering direct billing to insurance companies on the payer’s behalf. I do not believe that direct billing benefits the patient, the payer or the specialty. General practitioners and orthodontists in the United States have had treatment plans questioned or denied and have seen reduced fees directed to the practitioner through the acceptance of assignment. The majority of CAO members are of the opinion that the relationship between the payer and the insurance company should remain independent from the practitioner. There have been increased requests from insurance companies to include more information on predetermination forms. This increase suggests that there may be upcoming requests for diagnoses, thereby increasing the potential for the categorization of malocclusion and the formalization of what will be paid for what service. There is real benefit to only providing minimal diagnostic information and the identification of the orthodontic specialist on the predetermination form. The CAO insurance committee is making progress with the umbrella organisation for the insurance carriers to create a digitised code for predetermination.

I am additionally emotional about how orthodontic treatment is provided to patients. A company exists that supplies appliances to orthodontists and to general dentists, while simultaneously advertising to the public. The company informs the public that their product is the best appliance for moving teeth, while suggesting that fixed edgewise mechanics are obsolete. Speakers at the CAO meeting in Vancouver suggested that evolution is ongoing and unavoidable, placing the onus on orthodontists to adapt. I am not convinced that traditional braces will ever be less effective than other modalities of treatment. I believe that orthodontists have a duty to fully inform patients about the choice of appliance and to offer recommendations that will result in the best possible outcome.

I am also emotional about the health of the public. There are companies based in the United States that advertise and offer clear aligner treatment directly to patients. These same companies are recruiting employees to run store-front scan centres in Canada. They claim to have dentists who will approve the fabrication of aligners sent directly to patients. The standard of care cannot be met when diagnosis, informed consent, supervision and a record of treatment are absent. The dental regulators require a complaint before they act. Orthodontists need to inform their colleagues that if they join a direct-to-consumer company they may, by association, be subjecting the public to harm. The CAO has been advocating on behalf of all dental practitioners to prevent these companies from establishing a foothold in Canada.

Finally, I am emotional that in orthodontics, business may have outpaced practice. Practice can be difficult. One has to deal with the unique challenges of patients, parents and staff. The attention to patients and their dental health should never suffer for sake of the bottom line. The efforts of corporations to purchase and to staff practices have the potential to create an environment where business outweighs practice to the benefit of the corporation. Orthodontists must define themselves and resist efforts to lessen the quality of the product to provide the best possible outcomes.

Other ongoing challenges at the CAO continue. There have been renewed efforts to obtain a predetermination code for orthodontic treatment by specialists. The CAO is optimistic that eventually, with a single click of practice management software, one will be able to complete the predetermine process and immediately approve a patient for treatment. The concerns with HST/GST also continue. There are cases before the courts on appeal and the CAO continues to monitor and offer assistance as required.

The CAO has been in communication with NIHB following the release of their new eligibility criteria. The CAO opined that the new criteria eliminated many patients and that changes were made to the factors required for treatment approval. NIHB has agreed that criteria not reviewed in an initial refusal will be made available as part of the appeal process.

Regardless of my emotions, I am blessed to be practicing the specialty of orthodontics, the best specialty in dentistry. I am also blessed to be president of the Canadian Association of Orthodontists and to work with the entire fantastic CAO team.

Dr. Jay Philippson


 

Rapport du Président

Je débute ce mandat au poste de président de l’ACO sur une note plutôt émotionnelle. Il n’était pas prévu que j’assume la présidence si tôt. Sheila a travaillé avec diligence et sans relâche au développement de l’ACO, au point où elle s’attendait à prendre le rôle de président en ce moment. Pour des raisons personnelles, elle a pris la sage décision de ne pas assumer les responsabilités inhérentes au poste de président, afin de mettre ses énergies où elles sont actuellement le plus requises. Nous avons donc décidé d’échanger nos postes à la direction. Ainsi, elle agira à titre de présidente à compter de l’an prochain.

Toutefois, je m’inquiète de l’avenir de notre profession. Je crois toujours que le succès repose sur les compétences des gens, sur l’honnêteté et sur l’intégrité. De plus, il faut travailler fort, tout en restant au fait des dernières percées et des technologies de pointe. La question qui se pose : comment rester compétitif tout en cultivant l’esprit d’équipe? Certaines cliniques sont compétitives et atteignent des résultats appréciables en temps opportun, tout en restant engagées envers les patients et leurs familles. D’autres cliniques procurent à leurs patients une expérience supérieure, grâce à des activités spéciales et à une solide présence en ligne. D’autres encore offrent à leur clientèle le service de facturation directe aux compagnies d’assurances. Par ailleurs, je ne crois pas que le service de facturation directe soit vraiment un avantage pour le patient, ni pour le parent payeur, ni pour la clinique. En effet, aux États-Unis, de nombreux généralistes et orthodontistes ont vu leurs plans de traitement remis en question, et même refusés, par les compagnies d’assurances, ou n’ont reçu des compagnies d’assurances qu’une partie des revenus prévus lorsque le traitement est accepté.  Ainsi, la majorité des membres de l’ACO sont d’avis que la relation entre le payeur des soins et sa compagnie d’assurances devrait rester indépendante du médecin traitant ou du spécialiste. Effectivement, les compagnies d’assurances demandent sans cesse d’inclure davantage d’informations aux formulaires de prédétermination d’admissibilité au paiement des soins. Cette demande supplémentaire laisse penser qu’il y aura dans un avenir rapproché davantage d’informations à fournir concernant les diagnostics, ce qui aura potentiellement pour effet de catégoriser les diverses malocclusions et de déterminer autrement les frais qui seront payés par les compagnies d’assurances pour tel ou tel service. Vous comprenez donc qu’il y a pour nous un réel bénéfice à ne fournir qu’un diagnostic et des informations minimales concernant le spécialiste en orthodontie, sur le formulaire de prédétermination d’admissibilité au paiement des soins. Le Comité des assurances de l’ACO fait toutefois de sérieux progrès auprès de l’organisme-cadre qui chapeaute les activités des compagnies d’assurances, en vue de créer un code numérique de prédétermination d’admissibilité aux soins.

Je suis également inquiet quand je pense aux façons dont les soins orthodontiques sont désormais proposés aux patients. En effet, il existe une entreprise qui fournit des appareils aux orthodontistes et aux dentistes généralistes, tout en faisant la promotion de traitements alternatifs, offerts directement au public. Ils affirment publiquement que leur produit est le meilleur appareil pour déplacer les dents, suggérant même que la technologie d’appareils fixes de type « edgewise » est désuète. Les conférenciers qui ont pris la parole au congrès de Vancouver ont affirmé que l’évolution en matière de traitements orthodontiques est inévitable, imposant aux orthodontistes la responsabilité de s’adapter. Pour ma part, je ne suis pas convaincu que les broches traditionnelles puissent un jour s’avérer moins efficaces que d’autres types de traitements. Je crois que les orthodontistes ont le devoir de bien informer les patients sur les choix d’appareils qui s’offrent à eux, ainsi que de donner toutes les recommandations utiles menant au meilleur résultat possible.

Je suis aussi préoccupé au sujet de la santé du public. Certaines entreprises situées aux États-Unis font beaucoup de publicités annonçant la disponibilité sur le marché de gouttières transparentes, livrées aux patients qui désirent s’engager dans un traitement-maison. Ces mêmes entreprises recrutent des employés qui procèdent, directement dans la vitrine du commerce, à des analyses par scan, et ce, même au Canada. Ils affirment que des dentistes approuvent la fabrication de gouttières qui sont expédiées directement aux patients. Il est donc impossible dans ce cas d’affirmer respecter les normes en matière de diagnostic, de consentement éclairé, de supervision. De plus, ils ne tiennent aucun registre ni dossier médical. De leur côté, les organismes de réglementation exigent qu’une plainte soit logée avant qu’ils n’interviennent. Les orthodontistes doivent informer leurs collègues que, s’ils se joignent à une entreprise de vente directe au consommateur, ils peuvent, par association, mettre la santé publique en danger. L’ACO tente, au nom de tous les spécialistes en soins dentaires, d’empêcher que ces entreprises ne viennent s’installer au Canada.

Finalement, je suis soucieux lorsque je constate que, dans le domaine de l’orthodontie, les affaires prennent parfois le dessus sur la pratique. Oui, pratiquer l’orthodontie est parfois difficile. Nous devons gérer les défis générés par les patients, les parents et par notre propre personnel. Quoi qu’il en soit, l’attention portée aux patients et à leur santé buccale ne doit jamais être négligée au profit de la rentabilité. Les efforts des corporations en vue d’acquérir des cliniques et d’embaucher le personnel requis peuvent parfois créer un environnement où les affaires l’emportent sur la pratique, pour le seul bénéfice desdites corporations. Les orthodontistes doivent respecter leurs valeurs professionnelles et résister aux pressions, qui ne feraient que diminuer la qualité des produits et services offerts aux patients, afin d’atteindre les meilleurs résultats possibles.

D’autres défis se posent encore à l’ACO. Les démarches se poursuivent pour obtenir un code de prédétermination des traitements spécialisés. L’ACO reste optimiste et croit qu’éventuellement, sur un simple clic dans un logiciel de gestion, les orthodontistes pourront compléter le processus de prédétermination et faire approuver sans délais le traitement d’un patient. Les questions concernant la TVH/TPS sont également toujours d’actualité. Certains cas ont été portés en appel et l’ACO poursuit la supervision de ces dossiers en attente de jugement, et offre toute l’aide nécessaire en la matière.

L’ACO est entrée en communication avec le Programme de services de santé non assurés du gouvernement canadien (SSNA), suite à la publication de leurs nouveaux critères d’admissibilité. L’ACO soutient que les nouveaux critères provoquent l’élimination de nombreux patients et que des changements ont été apportés aux facteurs requis pour l’approbation de traitements. La SSNA a convenu que les critères qui n’avaient pas été revus au moment d’un refus initial seront acceptés dans le cadre d’un processus d’appel.

Malgré toutes mes inquiétudes, je suis reconnaissant de pouvoir pratiquer l’orthodontie, la meilleure spécialité dentaire qui soit. Je suis également heureux d’agir à titre de président de l’Association canadienne des orthodontistes et de travailler en collaboration avec tous les membres de la merveilleuse équipe de l’ACO.

Dr. Jay Philippson

^