Bulletin banner image

Prophy - A Foundation for Success

Paul Gange Jr.

Vice President of Sales, Reliance Orthodontic Supplies 

One of the primary reasons clinicians struggle with bonding to artificial surfaces is as simple as the need to begin with a clean surface. A thorough prophylaxis is vitally important to any intraoral bonding sequence, but particularly important when bonding to difficult surfaces that yield compromised strengths in the best of circumstances. There are two reasons practitioners tend not to prophy teeth prior to bracket bonding:

  1. Oversight. It's a common misconception that when an intraoral microetcher is used to mechanically prepare substrates, subsequent prophylaxis of teeth isn't necessary because the abrasive powder will remove any bulk material. This belief couldn't be further from the truth, especially when there's soft material present on the tooth. All debris must be removed before using a microetcher to allow the blast media to reach the substrate itself. Any soft material present will absorb much of the aluminum oxide powder, inhibiting the mechanical preparation that's so crucial to clinically acceptable bond strength.
  2. Overcomplication. It's no secret that a clean surface free of debris, mature pellicle or plaque will generate superior bond strength compared to a contaminated surface. Orthodontic bonding is complicated process; skipping this simple reality will only make the operator's job more difficult.

A thorough prophylaxis achieved by using a rubber-cup rotary instrument or bristle brush is the foundation for the successful bonding of orthodontic brackets. Excessive oral fluid or gingival bleeding may occur from this prophylaxis if clinicians are not careful when cleaning next to the soft tissue margins. Caution, precision and attention to detail are imperative when using a prophylaxis technique. A small-diameter rubber cup provides the most precise pumice application, resulting in less nuisance oral fluids.

Because of the risk of increased oral fluids, some clinicians will forgo the prophylaxis of teeth prior to bonding. Although possible contamination is reduced, this practice does not address the bulk material present on the tooth, that when left unaddressed, may reduce the likelihood of a successful long-term bond.

 


La prophylaxie – la fondation du succès

Paul Gange Jr.
Vice-président aux ventes, Reliance Orthodontic Supplies

L’une des raisons principales pour lesquelles les cliniciens ont du mal à coller un appareil à une surface artificielle est réglée par le simple nettoyage de la surface. Une minutieuse prophylaxie est essentielle à toute séquence de collage intraorale, mais surtout sur les surfaces difficiles où la force pourrait être compromise dans les meilleures situations. Il existe deux raisons pour lesquelles les praticiens ont tendance à sauter la prophylaxie avant le collage de boîtiers : 

  1. L’omission. Il est faux que lorsqu’un appareil de microcorrosion intraoral est utilisé pour préparer des substrats de façon mécanique, la prophylaxie subséquente n’est pas nécessaire, car la poudre abrasive élimine toute matière d’importance. Cette notion est surtout fausse lorsque du matériau mou est présent sur la dent. Tous les débris doivent être éliminés avant d’utiliser l’appareil de microcorrosion pour permettre à l’agent de décapage d’accéder au substrat. Tout matériau mou présent absorbera la majorité de la poudre d’oxyde d’aluminium, empêchant ainsi la préparation mécanique critique à la force de collage acceptable.
  2. La complication excessive. Ce n’est un secret pour personne : une surface propre et libre de débris, de pellicule mature ou de plaque collera beaucoup mieux qu’une surface contaminée. Le collage orthodontique est un processus complexe; en sautant cette simple étape, le praticien ne fera que compliquer son travail.

Une minutieuse prophylaxie obtenue à l’aide d’un instrument rotatif à coupelle en caoutchouc ou à brosse de soie est à la base d’un collage de boîtiers orthodontiques réussi. Une salive excessive et des saignements gingivaux peuvent survenir comme suite à la prophylaxie si le clinicien ne porte pas attention en nettoyant à côté de tissus mous. Il est impératif de faire preuve d’attention, de précision et de souci du détail lors de la prophylaxie. Une petite coupelle de caoutchouc fournit une application de ponce plus précise, ce qui donne lieu à moins de salive nuisible.

En raison du risque de salive excessive, certains cliniciens sautent la prophylaxie des dents avant le collage. Bien que la contamination soit réduite, cette démarche n’empêche pas la présence de matières d’importance sur la dent qui, si elles ne sont pas éliminées, peuvent réduire la probabilité d’un collage à long terme réussi.

 

Article Provided by Orthodontic Supply of Canada Inc.
(Authorized Reliance Dealer for Canada)

^